PHILAGORA

Ressources culturelles http://www.philagora.fr --
 

¤ Recevoir les nouveautés

¤ RECHERCHER

¤ CHAT  

¤ La newsletter

--
    ______________________________________________________________________

¤ Philagora.net

¤ Nouveautés

¤ FORUMS 
- Aides aux dissert.
-
Prépas
- Vos annonces

¤ PHILOSOPHIE 
-
Philo-Bac
-
Cours  
- philo-express  
- Citations
- Philo-
Prépas 
- Philo-
Fac  
-
Prepagreg  
Le grenier
- Aide aux dissertations
- Methodo 
-
Psychanalyse
- Médecine

¤ EPISTEMOLOGIE 

¤ ART, musées

¤ FRANCAIS poésie, théâtre, prose Bac français, parcours initiatiques

¤ MARE NOSTRUM

¤ LIVRES des aperçus

¤ Pôle - international -  revue,  tourisme, gastronomie

¤ Francophonie

¤ Travaux Personnels Encadrés Forum TPE

¤ Contes pour enfants

¤ Occitan-Catalan

¤ L'Association philagora
Pourquoi ce site?

¤ Philagora tous droits réservés. ©
-CNIL n°713062-
philagora@philagora.net


¤ Publicité sur Philagora
-

Rubrique philosophie classes prépas http://www.philagora.net/prepaid.htm

http://www.philagora.net/amitie/

  L'AMITIÉ et son fondement

- Madeleine André Gide -

Page 1page 2 - page 3 - page 4 - page 5 - page 6 - page 7 - page 8 - page 9 - 
page 10 bibliographie
(ouverture nouvelle fenêtre)

_________________________________

Une Présence au fondement de l'amitié? (en guise de conclusion)

"Toute amitié humaine commence avec le sentiment non pas seulement d'une double présence de deux êtres l'un à l'autre, mais avec le sentiment d'une autre Présence qui la fonde." Lavelle, Le mal et la souffrance, page 224.

Qu'il y ait eu amitié entre deux êtres aussi différents que Claudel et Gide, entre Oedipe et Thésée, un enfant de l'espérance tourné vers l'invisible et un enfant de la terre qui se déclare tel avant sa mort, cela nous oriente vers le problème du fondement de l'amitié entre un Schiller et un Goethe, entre l'héroïsme de l'un et la sérénité toute humaine de l'autre. L'affirmation de Lavelle nous oriente vers une solution, en nous ouvrant à un mystère: le fondement naît de la foi, cette part d'irréductible que chacun porterait en soi et qui l'orienterait vers un amour transcendant fondateur de l'amitié: Dieu. Cela permettrait alors de mieux appréhender comment la communication devient transmission.

A Claudel qui lui avait écrit, après la mort de Gide, pour lui proposer une rencontre, pour s'entretenir de l'âme de Gide, Madame André Gide répondait avec une grandeur d'âme, une hauteur et une pureté semblable à celle d'Antigone, qui remet Paul Claudel à sa place et le rappelle à ses propres valeurs.
 

Cher monsieur Claudel,

   Votre lettre m'est un fidèle témoignage de la fidèle amitié en Dieu que vous portez à mon mari; cette amitié m'a toujours profondément touchée.
   J'ai éprouvé, en effet, beaucoup d'angoisse devant ce long et lointain séjour dans l'Afrique noire, qu'il a souhaité, -mais si j'avais plus de foi je ne me tourmenterais pas ainsi. Tous ceux qui aiment André Gide, comme mérite d'être aimée cette âme très noble, doivent prier pour lui. Je le fais chaque jour, - et vous aussi, n'est-ce pas? C'est ainsi, je crois, que, pour son plus grand bien, nous nous rencontrons le mieux.

   Madeleine André Gide 
(Correspondance Claudel Gide, page 243)

On pèsera l'expression "fidèle amitié en Dieu" qui permet de renvoyer Claudel à ses convictions, à sa foi et à son devoir.

A une rencontre humaine proposée par Claudel, elle oppose une rencontre spirituelle dans l'amitié et ce qui la fonde, la foi, à cette Présence évoquée par Lavelle.

Joseph Llapasset

 

L'AMITIE - PAGE INDEX -

Retour à philo-aide prépas - le sommaire  

Aller à la rubrique PHILOSOPHIE  

Retour à la page d'accueil de Philagora

¤ Philagora.net, Espace Culture Enseignement  http://www.philagora.net/ -Tous droits réservés. ©
¤
Aller vers Philagora.org, Espace Découverte http://www.philagora.org/