PHILAGORA

Ressources culturelles http://www.philagora.fr --
 

¤ Recevoir les nouveautés

¤ RECHERCHER

¤ CHAT  

¤ La newsletter

--
    ______________________________________________________________________

¤ Philagora.net

¤ Nouveautés

¤ FORUMS 
- Aides aux dissert.
-
Prépas
- Vos annonces

¤ PHILOSOPHIE 
-
Philo-Bac
-
Cours  
- philo-express  
- Citations
- Philo-
Prépas 
- Philo-
Fac  
-
Prepagreg  
Le grenier
- Aide aux dissertations
- Methodo 
-
Psychanalyse
- Médecine

¤ EPISTEMOLOGIE 

¤ ART, musées

¤ FRANCAIS poésie, théâtre, prose Bac français, parcours initiatiques

¤ MARE NOSTRUM

¤ LIVRES des aperçus

¤ Pôle - international -  revue,  tourisme, gastronomie

¤ Francophonie

¤ Travaux Personnels Encadrés Forum TPE

¤ Contes pour enfants

¤ Occitan-Catalan

¤ L'Association philagora
Pourquoi ce site?

¤ Philagora tous droits réservés. ©
-CNIL n°713062-
philagora@philagora.net


¤ Publicité sur Philagora
-

 

Rubrique: aide à la dissertation de philosophie http://www.philagora.net/dissert.htm 

  L'homme est-il prisonnier de son passé?  

Prisonnier ou ... héritier?

Tableau de définitions 

 

L'homme

Tout être humain en général; l'humanité comme ensemble d'êtres raisonnables sensiblement affectés; l'individu, toi, moi, lui... 

est-il

copule d'un jugement de la forme S est P.
S'oppose au devenir, "pointe" vers l'existence ou la non existence d'une caractéristique essentielle (non accidentelle) d'une essence de l'homme.

prisonnier

celui qui a perdu sa liberté; celui qui ne peut agir à sa guise parce qu'il est enfermé; celui qui ne voit qu'à travers des barreaux à cause d'un passé qui a été condamné.

son

ce qui appartient à, ce qui est propre à l'existence d'un individu ou de l'humanité comme ensemble de personnes.

passé

ce qui n'est plus et pourtant appartient à; passé d'un individu (comment il en est arrivé là!) ou de l'humanité comme histoire au sens 1: Histoire-réalité

Les problèmes...

Si la volonté se brise sur le passé qu'elle ne peut modifier, pourquoi l'homme s'intéresse-t-il au passé?

Comment se fait-il que ce qui n'est plus n'ait pas complètement disparu au point d'être considéré comme ce qui enchaîne? Autrement dit quelle relation, quel "pont", quelle mode de circulation de l'information, peut-il y avoir eu entre ce qui n'est plus et ce qui est?

Si l'homme est prisonnier de son passé quelque chose subsiste de ce passé.

Si la succession des instants n'est qu'une suite de disparitions de contenus particuliers qu'est-ce qui assure une continuité au point que le passé disparu "infesterait" le présent apparu?

A la recherche d'un contenu...
Quel rôle joue le casier judiciaire? Conséquences pour le sujet?

Le passé comme prétexte pour ne plus vivre dans le présent ou dans le projet:
Qu'est-ce qui pourrait assurer la présence du passé sinon la présentation de ce passé et la narration du devenir passé par l'histoire ou les "discours" de l'entourage? A quelles conditions un individu ou un groupe d'hommes peut-il être prisonnier de cette narration? Est-ce du passé ou de telle ou telle narration qu'il peut être effectivement prisonnier au point de juger par exemple une revanche nécessaire?

L'histoire comme narration du devenir passé peut-elle prétendre à un degré d'objectivité tel que son discours, par sa vérité, exclurait le doute?
Par le doute et un effort de critique (séparer le vrai du faux) l'individu ne pourrait-il se libérer non pas de son passé mais de telle ou telle narration de son passé?

La narration du passé ne serait-elle pas à reprendre comme la conscience réfléchie reprend la conscience immédiate?

L'homme est-il prisonnier du passé ou de l'opinion qu'il en a comme le prisonnier de la caverne est manipulé par les objets fabriqués qui projettent des ombres? (voir Platon, le soleil la ligne la caverne)

Que peut-il rester du passé dans le présent, sinon des traces qui à la manière de cicatrices mal fermées font souffrir et sont prétextes à de multiples (et parfois contradictoires) interprétations?

Dès lors le prisonnier de son passé ne serait que trop consentant parce qu'il est à l'origine des chaînes qu'il subit dans une sorte de servitude volontaire: son erreur est de prendre le sensible (la souffrance à l'évocation du souvenir) pour de l'intelligible, de croire qu'il sait alors qu'il réagit, alors qu'il ne fait que ressentir. La revanche comme vengeance ne serait alors que le résultat d'une confusion du présent et du passé, confusion née d'une identité de souffrance.

L'homme est alors prisonnier de son passé chaque fois que par un discours qui confond le sensible et l'intelligible, la contrainte et l'obligation, il le transforme en destin ce qui revient à donner à ce qui est mort tous les droits et à confondre la valeur et l'être, une succession de générations avec le déterminisme d'une courbe.

Le passé comme chaîne!

Ne peut on cependant concevoir qu'un invention peut avoir de telles conséquences qu'elle détermine le devenir humain dans un sens qui s'imposera comme une prison à la postérité? Par exemple l'invention de la propriété ou des arts et techniques ne déterminent-elles pas un avenir comme une cage d'où l'humanité ne peut sortir malgré les cris et les chuchotements, la violence et la stratégie? (signification de l'échec des systèmes totalitaires qui ont voulu abolir la propriété ou du problème des déchets à recycler).

Mais n'y a-t-il pas un abus: appeler "son passé" ce dans quoi on n'a ni voulu, ni agi? N'est-ce pas ce qui détermine le passé comme prison pour la volonté? Évidente aliénation au passé.

Qu'en est-il de l'individu et de ce qui semble pouvoir être appelé, avec plus de pertinence, son passé?

Comment l'information au sens large circule-t-elle du passé au présent?

Sur le plan physique:

Les actions ne peuvent-elles marquer le corps ou ses organes (cirrhose du foie) comme par des cicatrices qui témoignent du passé dans le présent? Dans quelle mesures ces passions anciennes peuvent-elles agir sans nous, contre nous ou plus simplement nous empêcher d'agir, de bouger? En quel sens peut-on alors affirmer que l'homme est bien prisonnier de son passé?

Sur le plan psychologique:

Comment la mémoire assure-t-elle le lien entre le passé et le présent?
Quels rôles peut jouer un souvenir par rapport à l'action engagée dans le présent?
Est-on prisonnier de ce qu'on utilise?
Est-on prisonnier de ce qu'on répète?
Que peut provoquer le souvenir d'une action que l'on se reproche ou qui a provoqué une souffrance? pourquoi ce ressentiment est-il présent? Quelle est son origine? Pourquoi l'homme ne peut-il échapper à la souffrance? Que signifie l'expression "inconscient réactif"?
Si le présent évoque un souvenir, peut-on dire que le passé "infeste" le présent? La mémoire des traces provoque nécessairement la volonté de vengeance parce qu'elle est passion parce qu'elle est souffrance. Chaque fois que la réalité présente n'est que l'occasion de souffrir, loin d'aiguillonner la volonté, de pousser à l'action, elle provoque la passion, l'aliénation dans un impossible effort pour refluer vers le passé.
En ce sens l'individu ne serait-il pas prisonnier de son passé chaque fois qu'il le souffrirait à nouveau en le confondant avec son présent?
Ce qui manque c'est la capacité d'oublier.
Qu'est-ce que le ressentiment?

Il ne s'agit pas de tout oublier mais seulement de repousser hors de la conscience les traces mnésiques réactives qui l'enchaînent: il s'agit d'être capable d'en finir avec... "Tout blesse. Le souvenir est une plaie purulente" Nietzsche, Ecce homo I 6.

A la recherche d'un plan...

Pour une première partie:

  • Ne pourrait-on pas dire que l'homme n'est prisonnier de son passé que parce qu'il commence par le vivre comme passion? (A travers ce qu'il voit par la langue, ce qu'il entend par l'histoire, ce qu'il ressent comme souffrance) plus qu'il ne le connaît. (utiliser le début du Livre VII  Platon, La République.

Pour une deuxième partie:

  • En se détournant du sensible, en se tournant vers l'intelligible, l'homme se réapproprie son passé et s'en libère. Voici un tableau pour vous aider.

Fin ou projet

Information cherchée

limite, objection, hypothèse

conséquence pour le sujet

Améliorer l'action

leçon de l'histoire?

répétition du même

le passé au secours du présent

Connaissance du présent

mieux voir le présent

présence du passé

la connaissance au secours de l'action

Connaissance de soi

devenir passé qui nous a fait ce que nous sommes

absence de rupture

libération par un choix conscient

Mieux vivre

autres formes de vie

possibilité de refluer?

se choisir librement un avenir grâce au passé

Libération du présent

se situer en le situant: objectiver, mettre en perspective par les racines;

possibilité de se décentrer

se libérer, se dépendre des opinions, comprendre.

Libération du passé

lire la page et la tourner

la force et la santé dans l'oubli

se libérer du ressentiment et ré-agir en fonction de la réalité: vouloir

Pour une troisième partie... Elle marquera la libération sur fond de finitude.
-La connaissance de son passé est ré-appropriation: elle permet de se choisir; alors l'homme n'est plus prisonnier de son passé mais l'héritier de son passé.
-Quelles sont les limites de cette ré-appropriation?
-Analyser le repentir. Libère-t-il du passé?
-Que signifie le fait qu'il n'y a pas de projet possible sans un passé? Qu'est-ce qu'avoir un passé?

Citations:
"L'âme bonne est oublieuse" Plotin IV, 3, 32.
"L'acte volontaire réagit sur celui qui veut" Bergson.

Pistes de lectures:
Descartes: Lettre à Huygens du 10/10/1642.
J-J Rousseau: Discours sur l'origine de l'inégalité. (Voir la page: Rousseau)
Kojève: Introduction à la lecture de Hegel. Note 1 page 369, Gallimard.
Nietzsche: Considérations inactuelles II.
                La Généalogie de la morale I, 10 et II, 1
Freud: Introduction à la psychanalyse, XVIII.
Bergson: La pensée et le mouvant, chapitre 1, "Le mouvement rétrograde du vrai".
Deleuze: Nietzsche et la philosophie, pages 127 à 136.
E. Weil: Essais et conférences I. page 210.
Mélanie Klein: L'amour et la haine, note 1 page 80 et le reste (INCONTOURNABLE!)

Retour à "Aides aux dissertations"

Aller à "J'aime la philosophie" 

Retour à la page d'accueil du site philagora