PHILAGORA

- -

¤ Recevoir les nouveautés!

¤ RECHERCHER

¤ CHAT1   ¤ CHAT2

www.francexpress.com/ Hébergment professionnel

Vers 

l' Espace découverte
 

¤ Philagora.net


Les nouveautés 

Les rubriques:

¤ Contes pour Enfants 
- Contes en musique, français et anglais!

¤ Forum 2000
vos annonces

¤ Art, fêtes,  manifestations culturelles, cuisine, emploi
- Musées - peinture
- Architecture

¤ Français  poésie, théâtre, prose
- Bac français
- Parcours initiatiques

¤ Lectures  des aperçus

¤ Occitan-Gascon

¤ Revue Pôle- international

¤ Francophonie

¤ Philosophie: 
-
Philo-Bac  
-
cours 
- philo-express 
- Citations
-
Philo-prépas  
- Philo-Fac - Prepagreg  
Le grenier  
- Aide aux dissertations
¤ Forums:
aides aux dissert de philosophie  

¤ Epistémologie

¤ Mare nostrum

¤ Travaux Personnels Encadrés 
-
Forum échanges TPE

¤ L'Association philagora
Pourquoi ce site?
Philagora tous droits réservés. ©
www.philagora.net
www.philagora.com 
-CNIL n°713062-


philagora@philagora.net
--------------------------

 

Electre de Jean Giraudoux. 

Une jolie famille... L'oncle Egisthe  (page 7)

Sa force: C'est un homme à poigne.
Argos qu'il gouverne avec une autorité féroce vit dans la prospérité sans troubles ni scandales car Egisthe étouffe soigneusement l'émergence de tout ce qui sort de la banalité, grandes passions, grandes pensées grands crimes... Dans l'ombre et sans tapage il fait disparaître les gêneurs et maintient sa ville dans une tranquille médiocrité.
Ses sujets sont à sa botte et il ne les respecte pas beaucoup. Le président dont la carrière dépend de lui est obligé d'accepter pour son cousin un mariage inquiétant. Au lieu de reconnaître sa docilité par la perspective d'une promotion brillante pour la famille, Egisthe, déclare cyniquement qu'il empêchera tous les Théocatoclès de se distinguer de quelque façon que ce soit. Du jardinier le fiancé désigné qu'il traite avec désinvolture il fait aussi ce qu'il veut.

Oreste dont on annonce l'arrivée est considéré comme un ennemi de l'ordre établi "Il revient pour reprendre le trône de son père pour m'empêcher d'être régent". Tous les moyens seront bons pour l'éliminer "à tout je mettrai bon ordre".

Electre sera mariée selon le choix d'Egisthe. Il feint de vouloir guérir sa mélancolie en lui donnant un époux. Mais il a secrètement menacé de mort les éventuels prétendants princiers. Malgré toutes les résistances il la mariera au jardinier de gré ou de force (pourtant les criailleries des femmes l'obligeront à remettre ce projet).
L'usurpateur paraît bien établi sur le trône et sûr de lui. Pourtant il a un côté vulnérable.

Sa faiblesse:

"Electre!" Lancé brusquement par le mendiant le nom de cette fille qu'il croit neutraliser en l'établissant dans l'obscurité le fait sursauter. Qu'il veuille ou non elle matérialise pour lui la puissance toujours redoutable des dieux, en effet Egisthe sait que les dieux existent et qu'ils sont dangereux.
Il développe son point de vue sur un ton apparemment détaché mais qui n'exclut pas l'inquiétude. Lointains, plongés dans une infinie béatitude ils ne s'occupent guère des humains car la béatitude c'est l'inconscience. Malheureusement celle des dieux est "une inconscience fulgurante omnisciente" qui de temps en temps répond à des "signes". Alors se déclanchent des calamités que les hommes prennent pour la juste punition de leurs fautes mais qui procède simplement des coups aveugles de la divinité un instant réveillée (les criminels ne sont pas plus cruellement frappés que les innocents, au contraire peut-être)
Le devoir d'un chef d'Etat est d'éviter ces réveils. Egisthe l'a toujours fait en supprimant de la cité ceux qui sortent du lot et peuvent intéresser les dieux. Jusqu'ici tout s'est bien passé. Mais il y a "le voisinage d'Electre" et soudain c'est...

Sa conversion: Il reçoit une illumination déterminante. L'homme "parjure", "impie", "infidèle" prend une dimension nouvelle qui frappe de stupeur son entourage.

Il a vu Argos avec des yeux neufs -les yeux purs d'Electre- et désormais au lieu de mentir à sa ville et de l'exploiter il va consacrer sa vie à la sauver, dût-il en mourir. Le mendiant l'avait prévu "Je sentais que le roi allait se déclarer en vous".
Il s'est vu avec des yeux neufs. Il a gagné "le courage", "la franchise", "l'indépendance", "la générosité". Il se sent "pur, fort, parfait" digne de se voir confier "par les puissances du monde", "une patrie".
Sans remords exprimés sans expiation exigée le voici passé de la bassesse de l'usurpateur assassin, à la dignité d'un roi, le passé est effacé!
On peut mettre ce miracle au compte des dieux, ils sont si imprévisibles! Mais c'est peut-être tout humainement après des années de refoulement la brusque émergence d'une longue repentance et d'un vieux rêve d'innocence qui s'imposent à sa conscience de cette façon positive et justifiante.
Il a vu Electre avec des yeux neufs
. Maintenant il porte en lui le nom d'Electre, il n'écoute il ne voit plus qu'elle.
Serait-ce par un coup de foudre à retardement, comme pourraient le laisser croire son attitude, certaines de ses paroles son indifférence marquée pour Clytemnestre et plusieurs observations malicieuses du mendiant?

Acceptons une explication plus haute. il a compris la raison de l'absence, du mutisme et de l'indifférence d'Electre: elle n'entend que les dieux. Il sait qu'elle est le seul être qui puisse lui "donner sa propre essence", "quelque chose comme le devoir". Par elle il est devenu accessible aux grandes exigences du Bien, de la Justice, de la Vérité. C'est pour les définir qu'il argumente avec elle au péril de sa cité et de lui-même.
Quand, devenu "pur et sacré", il meurt de cette mort injuste que les dieux prodiguent aveuglément est-ce détresse? amour? reproche? triomphe? qu'il exprime dans ce dernier cri:
"Electre!"

Aller à la page 8 "Le reste de la famille..."

Aller à J'aime le français
pour lire les autres pages sur Electre

Retour à la page d'accueil de philagora

¤ Philagora.net, Espace Culture Enseignement  http://www.philagora.net/ -Tous droits réservés. ©
¤
Aller vers Philagora.org, Espace Découverte http://www.philagora.org/