PHILAGORA

¤ Recevoir les nouveautés!

¤ RECHERCHER

¤ CHAT  

--

Ressources culturelles http://philagora.fr
_____________________________________

¤ Philagora.net

¤ Nouveautés

¤ FORUMS 
- Aides aux dissert.
-
Prépas
- Vos annonces

¤ PHILOSOPHIE 
-
Philo-Bac
-
Cours  
- philo-express  
- Citations
- Philo-
Prépas 
- Philo-
Fac  
-
Prepagreg  
Le grenier
- Aide aux dissertations
- Methodo 
- Psychanalyse
- Médecine

¤ EPISTEMOLOGIE 

¤ ART

¤ FRANCAIS poésie, théâtre, prose
Bac français, parcours initiatiques

¤ MARE NOSTRUM

¤ LIVRES des aperçus

¤ Travaux Personnels Encadrés Forum TPE

¤ Contes pour enfants en musique!

¤ Occitan-Catalan

¤ Revue Pôle- international

¤ Francophonie

¤ L'Association philagora
Pourquoi ce site?

¤ Philagora tous droits réservés. ©
-CNIL n°713062-
philagora@philagora.net


¤ INFO-PUB-
-

 

 Rubrique épistémologie http://www.philagora.net/epistemo/rubrique.htm

La métaphysique en question par Francis Guibal.

-1 -2 -3 - 4 - 5 - 6 - 7- 8 . 

 

_________________________________

3 - Spéculation idéologique -   

C'est de manière distincte, mais non moins radicale, que la pensée marxiste s'en prend au monde de la métaphysique au nom des luttes socio-politiques qui doivent permettre et engendrer une effectuation historique plénière de la raison intégrale; la suppression, dés lors, signifie moins l'élimination d'un discours insensé que l'accomplissement d'une spéculation abstraite. Cette accentuation nouvelle, toutefois, revêt un sens bien distinct suivant qu'elle est comprise dans la ligne du " dia-mat " orthodoxe comme science du développement matériel de la réalité, ou en référence la pensée même de Marx comme philosophie de la praxis révolutionnaire (4).

Pour Engels et la tradition du Matérialisme Dialectique qui s'enracine en lui, la métaphysique constitue un mode de pensée anachronique remplacé par la dialectique moderne: point de réconciliation possible entre la vision révolue du monde comme agrégat de choses fixes et juxtaposées dont l'ordre hiérarchique invite à remonter jusqu'à la permanence fondatrice d'un au-delà (métaphysique) et la compréhension actuelle de l'univers comme tout relationnel et autosuffisant, en constante métamorphose (dialectique). Tout n'est que devenir, contradictions et transformations de l'être-matière dont la pensée est le simple reflet conceptuel, voila les principes essentiels de la nouvelle "cosmovision dialectico-matérialiste" qui se donne pour fondée sur la simple "observation" scientifique et "sans préjugés " de la "réalité même", naturelle et socio-historique. Positivisme naturaliste qui substitue bien à la transcendance stable de la métaphysique classique une immanence en évolution, mais qui retient pourtant -bien inconsciemment et malgré soi- tous les traits essentiels de la forme métaphysique: l'appui, notamment, sur une causalité originaire ainsi que la référence à une totalité objective et extérieure dans laquelle l'homme est compris, que la théorie embrasse et que la pratique se contente de vérifier.

La critique de Marx, elle, par-delà la "vieille métaphysique", questionne également sa forme la plus avancée, immanentiste et humaniste. Et elle y décèle la permanence d'une tare décisive: la tendance à se satisfaire, jusque dans ses découvertes les plus "révolutionnaires", d'une vue spéculative de la réalité là où celle-ci appelle une transformation critico-pratique dont les hommes ont à  être les agents responsables. La lucidité métaphysique reste purement théorique, elle demeure donc nécessairement prisonnière d'une mystification idéologique; car elle oublie finalement de s'interroger sur le rôle socio-historique qu'elle joue en ce monde qu'elle prétend comprendre. En présentant une "vérité" réconciliatrice, totalisante et absolue, elle contribue à justifier l'ordre établi, elle fonctionne donc inconsciemment selon les intérêts des classes dominantes et ne peut que dénier et dissimuler la vérité en lutte, opprimée et méconnue, dont sont porteurs les groupes sociaux subalternes.

La dé-mystification, par conséquent, ne saurait se réduire à opposer l'immanence matérialiste à une transcendance dualiste. Elle consiste plutôt à donner une signification neuve à l'intention de la théorie en la resituant au cœur d'une histoire qui reste obscure et inachevée, en la mettant au service d'une vérité encore à venir et à créer. Ainsi engagée sans réticences ni perspectives de surplomb dans les contradictions socio-politiques du présent et maintenue ouverte aux appels concrets de l'avenir, la lucidité conceptuelle peut perdre sa forme métaphysique d'évasion mystifiante pour devenir modestement un instrument d'analyse et de critique raisonnables intérieur à une praxis socio-historique sensée: "Tous les mystères qui détournent la théorie vers le mysticisme trouvent leur solution raisonnable dans la pratique humaine et la compréhension de cette pratique" (5). Il s'agit d'inscrire dans l'immanence de la vie historique effective, en prenant appui sur les moyens théoriques et pratiques spécifiques de la modernité dominée par la technique et l'industrie, le projet de libération né avec les Grecs et développé théoriquement jusqu'à Hegel; ce qui exige la disparition de la métaphysique entendue comme théorie élitiste et séparée, mais grâce à la réalisation des germes de rationalité qu'elle portait en elle sous mode encore abstrait.

Aller à la page suivante : 4- Constructivisme dogmatique.

Retour à la rubrique: ÉPISTÉMOLOGIE

Aller à la rubrique "J'aime la philosophie"

Aller à la page d'accueil de philagora

4) A cet égard, je me permets de renvoyer à mes articles sur Gramsci, parus ici même en Novembre et Décembre 1976; ou encore à la très contribution de L. Kolakowski: "Le marxisme de Marx, le marxisme d'Engels. Signification de la controverse". Contemporary philosophy: A Survey, Firenze, 1969 - Diamat: Dialectique matérialiste.
5) Marx, Thèses sur Feuerbach, Thèse N°8

¤ Philagora.net, Espace Culture Enseignement  http://www.philagora.net/ -Tous droits réservés. ©
¤
Aller vers Philagora.org, Espace Découverte http://www.philagora.org/