PHILAGORA

- -

¤ Recevoir les nouveautés!

¤ RECHERCHER

¤ CHAT1   ¤ CHAT2

www.francexpress.com/ Hébergment professionnel

Vers 

l' Espace découverte
 

¤ Philagora.net


Les nouveautés 

Les rubriques:

¤ Contes pour Enfants 
- Contes en musique, français et anglais!

¤ Forum 2000
vos annonces

¤ Art, fêtes,  manifestations culturelles, cuisine, emploi
- Musées - peinture
- Architecture

¤ Français  poésie, théâtre, prose
- Bac français
- Parcours initiatiques

¤ Lectures  des aperçus

¤ Occitan-Gascon

¤ Revue Pôle- international

¤ Francophonie

¤ Philosophie: 
-
Philo-Bac  
-
cours 
- philo-express 
- Citations
-
Philo-prépas  
- Philo-Fac - Prepagreg  
Le grenier  
- Aide aux dissertations
¤ Forums:
aides aux dissert de philosophie  

¤ Epistémologie

¤ Mare nostrum

¤ Travaux Personnels Encadrés 
-
Forum échanges TPE

¤ L'Association philagora
Pourquoi ce site?
Philagora tous droits réservés. ©
www.philagora.net
www.philagora.com 
-CNIL n°713062-


philagora@philagora.net
--------------------------

 

 La Gascogne :    LA POESIE (page4)

 Pour écrire la plus grande part de son œuvre poétique, Césaire Daugé  a donc choisi sa langue maternelle. Le caractère populaire de cette langue, son expression volontiers imagée ont nourri le style du poète. Dans certains poèmes, il a introduit des proverbes qui sont un exemple de création poétique populaire. Un des thèmes principaux de sa poésie est, nous l’avons vu, le travail et la vie de la terre, ce qui amène Daugé à utiliser un vaste vocabulaire qui s’y rapporte. Ce vocabulaire est présent aussi dans les images où il définit la création poétique.

L’un des Sounets de Ma, « En lous bése échamia » (p.247), évoque le passage, à l’automne, des oiseaux migrateurs le long de la côte gasconne. Et le poète se récite à lui-même le proverbe :
Coan la grue é se-n ba de France,
Jète lou blat à l’espérance.
Coan la grue é tourne à Lengoun,
Ligue la bit au pacheroun.

Nous avons là un exemple d’invention poétique populaire, et même paysanne, qui a en même temps une valeur d’usage, puisque le proverbe rappelle au paysan l’activité qui doit être la sienne au moment de l’année en question. Les proverbes existent fort nombreux dans la tradition populaire gasconne, et Césaire Daugé les a étudiés dans les trois tomes intitulés : Le Mariage et la Famille en Gascogne d’après les proverbes,  ( 1916, 1930 ).

Dans Flous de Lane, il a composé sur le thème de chaque saison un poème en mettant bout à bout des proverbes. Voici  par exemple un passage de Prime ( F. L.,  p.167 ) :

Au més de Mars
De toutes pars
Birats, aulhères
Darré-us barats
Qu’aparerats
Las gresilhères.
Au més de May
Tout que hè gay:
Lou cam, la prade
E lou barbot
Escalhibot 
Gahe l’abiade.  

Si le paysan de Gascogne est parfois poète, Césaire Daugé, poète de la Gascogne, trouve de nombreuses métaphores dont les termes sont empruntés à la vie paysanne. Dans l’adresse au lecteur, « Au qui-m lejera », du recueil A Pérucades, il invite à lire son livre comme on goûte les raisins :
A  perucades !
Atau que hè lou qui gouste arrasims.
Atau qu’embiti à ha en queste librot, e, se-y troubats cauque groun rous e madu, tan mielhe.

Dans «Ha bers» (H. e F.,  p.38), il s’interroge sur les mécanismes de la création poétique. Parfois les vers sont donnés avec générosité :
Que j’a moumens, lous bers que-n ba coum l’aygue piche
A la tchourrère en haut de Gabarni.
Si l’on s’en étonne, le poète répond :
(...) demandats à la baque leytère
Perqué tabé hè de ta boun lèyt.

D’autres fois, les vers ne se trouvent qu’avec peine :
Que j’a moumens, au bers que-n lou coste de base,
E, coum lou groun, jetat au milhouca
Lou jour de la mechante lu’, bo pas trauca (...).

Ces vers composés avec effort sont présentés ainsi :

Diserén un matin negrous e mau lecat
Oun lou sou manque enta ha lusi l’aube.

Pour comprendre cette dérobade de l’inspiration, le poète recourt à une comparaison avec le travail du bouvier qui sème :
Là, demandats au boè, qui dab la man ou jéte
Perqué lou groun n’éy pas toustem gragnous.

Faut-il écrire seulement lorsque le moment semble propice à l’inspiration ?

Non, non ; se bolen pan cau semia lou roumén ;
Se bolen bers, cau prene so qu’arribe.

Mais, dans tous les cas, le vers a besoin d’être travaillé :
Mes n’at cau pas tout cop prene coum éy basut .
Qu’at cau matcha coum hè caut à l’enclumi.
Ent’abé lou groun blous, cau tira-n lou palhumi.
Nat bers de boun se n’éy pas debersut. (« Ha bers », H. e F., p.38 ).

Dans une métaphore filée du labour et de la moisson, le poète compare son travail à celui du bouvier :
Boè, lou pouète aus soucs de là-haut que laboure
E qu’ayme plan d’agulhoa lou sou.
Dou crum estupedé que trauque l’espessou
E coelh aus cams oun la luts e s’apoure.
E coan, tournat dou cèu doun s’arrajabe hort,
Muche d’arrays coelhuts grane garbère,
Que balhe pouésie ardente, e natre, e bère,
Coum lou garbè balhe harie en or. (« Ha bers», H. e F., p.38)

Dans « Basut » ( Soucouc, p27 ), il compare l’écriture au travail de la vigne, il se demande si sa vigne a été bien taillée :
Mes, ent’abé boun bin, lou bignè que la poude
Pramoun que lou chermén seré trop enhouliat (...)
E jou, s’ous mengs escriuts e-m èy heyt la poudère
Enta que lou chermen balhi boun arrasim ?

Mais la mesure de la valeur de sa poésie, il ne l’accorde qu’à Dieu, dans un mouvement d’humilité :
Qu’é boun d’abé sang à la begne :
Mes deban lou boun Diu
Aurèy balhat de que ha boune brégne,
De quére qui Diu boute au cèu tan agradiu ?
(« Basut »)

Pourtant, le poète peut aussi prendre un terme de comparaison plus trivial pour évaluer la qualité des vers :
Que-n éy dous bers coum à la heyre d’un chibau :
Lou qui coste lou mens qu’éy lou qui mens é bau.

A l’entrée du dernier recueil, Soucouc , il compare sa vie à un bros dont la roue ne tient plus à sa place et l’activité de sa pensée à un pré dont il faut récolter le foin : Soucouc sera la dernière fenaison :
E lou bros de la bite, oun heng de la pensade
E-s carque flayréjan à plegne hourquerade,
Qu’ou bey toutare abé l’arrode descansade.(...)
Que balhi dou meng prat lou darrè cop de dalhe,
E, capet à la man, que-b hèy lous adichats ! (« Au qui-m lejera », Soucouc p.5).

Le dernier poème,  qui donne son titre au recueil,
 reprenant la métaphore filée du travail du bouvier, entend la vieillesse lui dire de poser la plume :

(...) lou bielhè (...)
Dit à l’omi :  « Que cau decha de ha lou souc !
L’obre que tu harés seré pas que margagne.
Qu’as journade acabade : enta tu qu’é soucouc !
Labéts, adiu calam de bouja la pensade
Oun l’omi s’ou papè creyt belèu bibe encoè.
En quét cam coum en l’aut, lou qui porte agulhoade,
Que se-n manque, n’e pas toujour lou beroy boè. ( « Soucouc », Soucouc, p. 98).

Outre les métaphores empruntées à la vie paysanne pour décrire l’activité poétique, nombreuses sont celles de même nature qui servent à évoquer les gestes et les situations les plus variées. Certaines sont des plus réussies, comme le geste de la jeune fille puisant de l’eau à la fontaine avec la cruche, dans « La hountanére » (Soucouc, p.7) :
A l’aygue, clare coum miralh,
Dab la man nuse
En ha coum qui balhe un gran talh
Ere que puse.

 Dans l’étude qu’il a publiée sur le poète, Louis Despins cite une autre de ces réussites. Voici ce qu’il écrit : « J’extrais de Sé d’estiu un sixain pour sa note d’originalité et de couleur locale : Estèles d’or
Sus pelhe blue,
Atau lou cèu : un tros de lue
Las acoudilhe à cop de cor.
Estèles d’or

Sus pelhe blue.
Les Landais, qui liront les deux vers médians, croiront voir dans l’immensité du ciel une reproduction grandiose de nos courses, où la vache fonce de ses cornes en croissant sur les étoiles de la tauromachie aux voyants costumes soutachés d’or. » ( Louis Despins : Césaire Daugé, Dax, 1922 ).

La poésie de Césaire Daugé s’est nourrie de thèmes et d’images prises dans la vie et le travail du paysan gascon. C’est la vie tout entière, le mouvement de la nature et les actions humaines, l’activité de la pensée et la vie spirituelle qui se trouvent dépeints au moyen de telles images. Le monde de la terre est tellement naturel à Daugé, il le connaît si intimement que ces images semblent venir naturellement sous sa plume, même lorsqu’elles sont, et le poète nous en a averti, le fruit d’un travail.

  La carrière de Césaire Daugé a couvert près d’un siècle. Il a vu la fin d’une époque et le commencement d’une autre dont il ne pouvait savoir où elle conduirait. Il a vu la fin d’une civilisation où le travail de la terre reposait sur des manières de faire traditionnelles et où il était considéré dans toute sa noblesse. L’ouvrage du paysan s’accomplissait en harmonie avec la vie de la nature. Et son existence se déroulait en accord avec des traditions que l’on pouvait croire immuables tellement elles paraissaient conférer à la vie paysanne une harmonie comme venue de la nature même. La famille du paysan était un lieu de rencontre des générations dans une affection réciproque. Une foi religieuse vive permettait de considérer la vie terrestre justifiée par une signification surnaturelle. Cette manière de vivre quasi intemporelle et cette conception du monde ont perduré en somme jusqu’en 1914.

Les premières transformations, apparues au début du siècle avec, entre autres, la mécanisation naissante de l’agriculture, se poursuivent au lendemain de la guerre de façon radicale. Ces bouleversements, dès la guerre, Césaire Daugé les perçoit et les appréhende. Dès lors, sa poésie va les décrire en train de se produire tant dans le travail de la terre que dans les autres aspects de la vie. Il montre la famille qui se défait, le foyer, symbole de la vie paysanne, déserté par les enfants, l’incroyance religieuse se répandre, l’état d’esprit général, les mœurs se modifier. Il impute ces faits au mirage qu’exerce sur les hommes le monde moderne avec ses inventions de toutes sortes , porteuses d’une illusion prométhéenne. En particulier, il met en cause une conception de l’organisation politique et sociale spécifiquement française, fondée sur la centralisation, et qui s’exprime dans ses vers par le symbole de Paris et de ses prestiges fallacieux. Ceux-ci ne sont pas sans influence sur la vie de la Gascogne, citadine comme paysanne. Cette action s’exerce même sur la langue, et Daugé voit le gascon de plus en plus délaissé au profit du français.

Toutefois, Césaire Daugé ne condamne pas en bloc le changement. Il pense que les inventions techniques peuvent apporter aux hommes des moyens nouveaux dont ils feront leur profit. Mais il importe qu’ils ne subissent pas ces innovations et fassent un choix parmi ce qui leur est proposé. En somme, Césaire Daugé appelle les hommes à prendre en main leur destin. De plus, il croit possible un renouveau des valeurs fondamentales de la Gascogne. Il se fonde pour cela sur le jugement porté, avant lui, par un autre gascon, Isidore Salles, qui, ayant perçu, déjà, à la fin du siècle précédent les profondes mutations en cours, avait appelé à une prise de conscience et à un changement d’attitude ses compatriotes gascons.

 Césaire Daugé affirme que les hommes au lieu de se laisser porter par le cours des choses, doivent faire un effort de lucidité et choisir un destin différent, en accord avec les valeurs humaines et chrétiennes de la Gascogne éternelle. Daugé donne lui-même un exemple en élisant la langue gasconne pour dire, dans le langage de la poésie, la vision du monde qui doit guider les choix des hommes. Il montre, en s’attachant à peindre la figure du paysan gascon, en confiant à la poésie sa réflexion spirituelle de chrétien et de prêtre, et son analyse des pouvoirs de la poésie, que la lengue mayrane peut exprimer avec force et raffinement ce qu’un esprit à la fois critique, poétique et religieux peut dire sur l’homme et le monde.  

Retour à la rubrique Gascogne/index  ou suivre la recepta de la garbura

Retour à "J'aime l'Occitan"

Page d'accueil du site philagora