Vers   Philagora Decouvertes

Philagora gastronomie

  "Chat" en musique

  Philagora Forum

-Philagora ressources  http://www.philagora.net

| RECHERCHER  dans Philagora Nouveautés |

° Philagora Centre culturel

° PHILOSOPHIE 
Philo premiere
Philo reperes Bac
Philo-Bac-notions
Philo Cours
Philo express  
Citations
Philo Prepas 
Philo Fac  
Prepagreg    
Philo dans le grenier
Aide aux dissertations

Etudes de texte par auteur
Methodo 
Philo Capes
| Dissertations prepas
Psychanalyse
Medecine  
Personnalisme
Epistemologie
Droit et Justice

° LES FORUMS de Philagora
Aides dissertations de philosophie  terminales
Forum niveau classes Prepas
Forum de discussion
Forum pour vos Annonces
Forum Médecine
 

° philo corrige | Philo corrige 2 | Philo corrige 3

° Travaux Personnels Encadrés et Forum TPE

° FRANCAIS poésie, théâtre, prose Bac français, parcours initiatiques

° MARE NOSTRUM

° J'aime lire des aperçus

° Contes pour enfants

° J'aime L'art Expositions Musées Artistes

° Revue Pôle International

° Francophonie

° A la découverte des langues régionales: Occitan Gascon Catalan

° Pourquoi ce site?  

° Philagora tous droits réservés

° info@philagora.net 

° Publicité sur Philagora

° Philosophie Classes prepas > Le Mal

PHILOSOPHIE - CLASSES PREPAS par J. Llapasset

LE MAL

LA FRONTIÈRE - LE MAL

Graham Greene, La Puissance et la Gloire 1940. 

(Livre de poche N°104)

Site Philagora, tous droits réservés ©
_____________________________________________
 

 

Thèse: on ne peut passer la frontière, on ne peut que s'élever sans pour cela quitter le mal: c'est la condition humaine.

Mouvement: du destin subi à la vocation assumée, de la compassion qui n'est que pitié pour soi au désert de l'amour.

-L'action:

  • Traqué, un homme veut passer une frontière en trompant la vigilance des surveillants.

  • Seul, pécheur, un prêtre au milieu d'une persécution triomphante, dans l'État du Tabasco, rêve de franchir une frontière qui le sépare d'un pays où il pourrait trouver un autre prêtre, se confesser de ses fautes et enfin oublier.

  • Il est traqué à la fois par la police et par Dieu. A l'appel de Dieu, il répond en renonçant librement, par trois fois, à passer la frontière alors qu'il le pourrait: il reste parmi ceux qui souffrent et ses trois actes transforment sa pitié en amour:

-Tout d'abord il ne prend pas le bateau pour répondre à l'appel d'un enfant qui veut le mener près de sa mère à l'agonie;
-Ensuite, il donne à un métis la mule qui lui permettrait de fuir.
-Enfin, après avoir passé la frontière, il revient en arrière en suivant le métis qui lui a menti.

  • Comprenons qu'il renonce à la frontière spatiale, à la fuite, pour franchir la frontière spirituelle, en transfigurant la pitié qui n'est que pitié pour soi, atteignant par là la puissance et la gloire du pardon et de l'amour.

  • Comme des fleurs du mal, l'absence fait signe vers le bien qui manque, alors que la présence, la suffisance du révolutionnaire, se dégrade en fanatisme et en mal. En effet, il faut que les révolutionnaires soient bons et que ceux qui leur succèdent le soient aussi, pour que le mal ne ressurgisse pas.

Mais, "même si tous les prêtres étaient comme moi, lâche, cupides, cela n'y changeraient rien, car ils pourraient toujours donner Dieu aux hommes."

  • Et le prêtre sera exécuté: un pauvre homme ivre qui témoigne que l'humiliation peut être transfigurée par le sacrifice en puissance et en gloire.
    Graham Greene nous montre que si les jugements des hommes mettent des frontières entre le mal et le bien, une vie qui semble perdue peut être pénétrée de la présence du bien.

  • Si on ne peut passer la frontière c'est que Dieu se découvre au cœur du malheur. Dans le fond du problème Scobie cherche à se débarrasser de la pitié.

"On n'est un être humain que si on vide la coupe. si l'on est lâche un jour, si un autre jour on profite de quelque hasard heureux, la coupe vous est présentée une troisième fois." (Gaham Greene, Le fond du problème, p.163)

"Et c'est ainsi que vint la foi... au milieu d'une pelouse à croquet, une présence étroitement en rapport avec la brutalité, la cruauté, la corruption... l'on se mit à croire au ciel parce qu'on croyait à l'enfer..." (Gaham Greene, Routes sans lois, p.11)

On ne passe pas la frontière est un thème rémanent dans l'œuvre de Greene.

J. Llapasset

Visitez les forums de Philagora 
soutien gratuit

---

Retour à la rubrique > Le Mal pour d'autres perspectives

 

 

 

 

° Philo-prepas

-


-