PHILAGORA

- -

¤ Recevoir les nouveautés!

¤ RECHERCHER

¤ CHAT1   ¤ CHAT2

www.francexpress.com/ Hébergment professionnel

Vers 

l' Espace découverte
 

¤ Philagora.net

¤

¤ Forum 2001
vos annonces-

¤ Forums: aides aux dissert de philosophie
- Échanges TPE

¤ Philosophie: 
- Philo-
Bac
-
cours  
- philo-express  
- Citations
- Philo-
Prépas 
- Philo-
Fac - Prepagreg  
Le grenier
- Aide aux dissertations

¤ Epistémologie 

¤ Art, Musées, fêtes,  manifestations culturelles, cuisine, emploi

¤ Français  poésie, théâtre, prose
Bac français, parcours initiatiques

¤ Mare nostrum

¤ Lectures, des aperçus

¤ Travaux Personnels Encadrés Forum TPE

¤ Contes pour enfants en musique!

¤ Occitan-Catalan

¤ Revue Pôle- international

¤ Francophonie

¤ L'Association philagora
Pourquoi ce site?

- Philagora tous droits réservés. ©
www.philagora.net
www.philagora.com 
-CNIL n°713062-
philagora@philagora.net


¤ Infos-Pub-
-

 

Dé-cisions du Mal : philosopher, psychanalyser…

[pages:  1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 ]

-II Psychanalyser : le sériel de la structure et l'orientation éthique de l'acte analytique.

- Metanoïa, Analyse, Dé-Cision, Dé-liaison.

Faire une analyse jusqu'à sa fin logique est une authentique décision éthique. Entrer en analyse c'est accepter une cision, une coupure dans un certain régime de déplaisir, de honte ou de culpabilité pour une metanoïa, une tranformation de soi. Vers un nouveau souci de soi qui accepte le trauma, le réel comme au principe de l'invention de soi et de l'autre vers une " parole pleine ". Si la névrose est le divorce banal et malheureux entre ce qu un sujet veut et ce qu'il désire, la psychose ne rejoint-elle pas le syndrome des rescapés des grandes catastrophes dont les causes sont spécifiquement humaines? Honte d'avoir survécu là où d'autres n'en sont pas réchappés. La psychanalyse, après bien des aventures spirituelles nommées parfois religions, vérifie que rien n'est plus difficile que d'accepter cette vérité du réel aussi simple pour chacun : le simple fait de vivre est le bonheur ultime malgré la castration suprême qu'est la disparité de l'existence et la disparition de la vie. Malgré le Mal, malgré tous les éclats du feu : l'étincelle, l'incendie, les braises, la merde, le cadavre, aveu de l'impensable, la folie du Je ne pense pas, Je ne suis pas, la solitude au-delà de tous les semblants qui ont vacillé, chuté, derrière le miroir sans tain… Malgré la mémoire du devoir, le devoir de mémoire, la nécessité dans le fond plus viscérale qu'on ne le pense de témoigner devant l'impardonnable Feu la cendre, il y a l'oubli, le Feu libérateur, le courage d'exister heureux, point singulier de tout témoin. Comment être heureux dans son réel ? Voilà la question de fin d'analyse la plus incalculable, toujours au bord de l'incongru, dès lors que l'ordre tragique de l'existence n'est pas oublié.

- La réalité virtuelle : un oxymore?
"La réalité virtuelle corrompt, la réalité absolue corrompt absolument"
Roy Ascott, Prix Ars electronica 1995. 
Cité par Pierre Levy dans Qu'est ce que le virtuel ? Paris, La Découverte, 1995. Introduction.

Un grand témoin ou une revenante du caractère incommensurable du Mal, Germaine Tillion évoque le secret de ce que peut représenter le devoir de vivre comme exemple d'une cision, d'une traversée efficace du Mal : " Si j'ai survécu, je le dois d'abord et à coup sûr au hasard, ensuite à la colère, à la volonté de dévoiler ces crimes et, enfin, à une coalition de l'amitié - car j'avais perdu le désir viscéral de vivre " (Ravensbrück 1972, page 33) Dans cette confidence réside la pulsion épistémophilique laquelle ouvre la passion de savoir, de faire savoir, sans doute la réponse la plus urgente que dégage le champs analytique, au-delà des questions de survie champs non philosophique de la philosophie. Témoigner devant les autres déchire, dé-cison sur le Mal qui l'extermine, le rend transparent. Symétriquement, la pureté du cœur rend visible le Bien, l 'Un, condition de l'Etre et de l'Autre.

La dé-cision éthique suppose la traversée de l'abîme, parfois son habitation ; la cision de soi à soi, l'irréférence à soi, la découverte que l'Autre qui n'existe pas, s'il en était autrement serait le gouffre de l'entropie ontologique la plus grande, la mort, la disparition totale. Le Mal se décline comme l'impuissance du Bien jusqu'à l'impossible comme tâche nécessaire du penser et du Bien-dire. 

Pour Lacan Das Ding vient à la place du Péché au sens judéo-chrétien. La culpabilité, la dette infinie, la faute terrible c'est le non accès au Désir, l'écrasement du sujet sous les idéaux, le sur-moi comme jouissance féroce qui rapte l'objet par quoi se profile le sujet du désir. La honte est toujours induite par l'Un du phallus tout seul : c'est le forçage du réel, l'impossibilité de voiler l'énigme du désir, soit l'abduction de l'Autre, l'occlusion de l objet a ou la folie de vouloir sauver le réel.

Si " la pulsion est virtuellement pulsion de mort. " le montage de la pulsion vérifie ceci ; elle ne cesse d'effacer le sujet. C'est la raison pour laquelle le collectif des religions qui a toujours visé la sublimation pure (sainteté juive et chrétienne, perfection islamique : " salihine " : les Justes… ne peut qu'échouer à ne pas miser sur un moindre mal, sauf peut-être à ce qui noue l'Occident et l'Orient : " Sagesse première, sagesse du bon sens, sagesse du sens commum " note Lévinas dans ses Nouvelles lectures talmudiques. (1996). Le métissage généralisée est dé-cision du Mal, travail de l'analyse par la voie socratique du dialogue ou par celle de la règle de l'association libre de Freud.

  [pages:  1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 ]


Notes:
Lacan, Ecrits Paris, Seuil, p. 848.

Retour à philo-aide prépas - le sommaire - 

Aller à la rubrique PHILOSOPHIE

Retour à la page d'accueil de Philagora

¤ Philagora.net, Espace Culture Enseignement  http://www.philagora.net/ -Tous droits réservés. ©
¤
Aller vers Philagora.org, Espace Découverte http://www.philagora.org/