PHILAGORA

Ressources culturelles http://www.philagora.fr --
 

¤ Recevoir les nouveautés

¤ RECHERCHER

¤ CHAT  

¤ La newsletter

--
    ______________________________________________________________________

¤ Philagora.net

¤ Nouveautés

¤ FORUMS 
- Aides aux dissert.
-
Prépas
- Vos annonces

¤ PHILOSOPHIE 
-
Philo-Bac
-
Cours  
- philo-express  
- Citations
- Philo-
Prépas 
- Philo-
Fac  
-
Prepagreg  
Le grenier
- Aide aux dissertations
- Methodo 
-
Psychanalyse
- Médecine

¤ EPISTEMOLOGIE 

¤ ART, musées

¤ FRANCAIS poésie, théâtre, prose Bac français, parcours initiatiques

¤ MARE NOSTRUM

¤ LIVRES des aperçus

¤ Pôle - international -  revue,  tourisme, gastronomie

¤ Francophonie

¤ Travaux Personnels Encadrés Forum TPE

¤ Contes pour enfants

¤ Occitan-Catalan

¤ L'Association philagora
Pourquoi ce site?

¤ Philagora tous droits réservés. ©
-CNIL n°713062-
philagora@philagora.net


¤ Publicité sur Philagora
-

Rubrique prépas de philagora http://www.philagora.net/prepaid.htm

MESURE ET DEMESURE       - Classes Prépas -  
http://www.philagora.net/ph-prepa/mesure-demesure/ 

  Pour vos problématiques ... Le fondement de vos introductions 
_________________________________

Page 1 - Page 2 - Page 3

4- La contamination de la mesure morale par la mesure quantitative permet à l'homme le plus démesuré qui soit de se présenter comme mesuré -(Dom Juan, - "Je crois que 2 et 2 sont 4, et 4 et 4 sont 8" (III,1) Cette affirmation de Dom Juan vous parait elle être l'expression d'une mesure ou d'une démesure?).

C'est la barbarie: 
"Cette barbarie mathématicienne qui, à force de mesurer tout, perd complètement le sens de la mesure." (Dans Diogène, n°26, page 80, affirmation de G. Gusdorf).

Par la mesure quantitative, l'homme peut bien se croire mesure de toute chose, par rapport à des choix arbitraires, parce qu'il est capable de comparer deux espaces qu'il superpose, il peut croire que mesurer c'est connaître au moment même où il s'enferme dans le cercle de l'objectivité, dans la barbarie galiléenne (voir la conférence Philagora par Michel Henry lien ouverture nouvelle fenêtre)
Effectivement c'est bien l'homme qui a choisi arbitrairement l'étalon et l'étalon peut varier avec chaque société et pourquoi pas avec chaque individu. Alors tout s'équivaut, tout est vrai. Mais si tout est vrai, rien n'est vrai et nous perdons le critère du contradictoire.

Dire que le transcendant, l'absolu est la mesure de toute chose c'est au moins dire que sans ouverture à un transcendant il ne peut y avoir de mesure au sens moral. Agir conformément au devoir ne suffit pas: en agissant par devoir, l'homme manifeste son appartenance à un monde intelligible de liberté.
A utiliser pour le sujet: le fondement de la mesure -(fondement = ce qui donne à quelque chose sa raison d'être ou son existence).

L'intérêt de Platon c'est d'avoir poursuivi, dans toute son oeuvre, la détermination de la juste mesure et de ne s'être jamais laissé prendre aux  mirages  de ceux "qui fuient l'infini qu'ils portent en eux", trop soucieux de justifier l'injustifiable société de consommation. (On pourra relire Femmes damnées de Baudelaire).

Ces suggestions, ces pistes sont proposées à propos des dix introductions pour les 10 sujets:
Le sens de la mesure => Peut-on tout mesurer? => La commune mesure => La prise de mesure => Comment mesure-t-on? => Le fondement de la mesure => A quoi sert la mesure? => Mesurer, est-ce connaître? => N'y a-t-il de mesure que relative? Mesurer, est-ce limiter?

Joseph Llapasset 

Retour à Mesure et démesure  (page index)

Vers le Forum d'aide aux prépas

Retour à Philo-prépas -page index pour les différents thèmes

Retour à la rubrique philosophie

Retour à la page d'accueil de Philagora