PHILAGORA

¤ Recevoir les nouveautés!

¤ RECHERCHER

¤ CHAT  

--

Ressources culturelles http://philagora.fr
_____________________________________

¤ Philagora.net

¤ Nouveautés

¤ FORUMS 
- Aides aux dissert.
-
Prépas
- Vos annonces

¤ PHILOSOPHIE 
-
Philo-Bac
-
Cours  
- philo-express  
- Citations
- Philo-
Prépas 
- Philo-
Fac  
-
Prepagreg  
Le grenier
- Aide aux dissertations
- Methodo 
- Psychanalyse
- Médecine

¤ EPISTEMOLOGIE 

¤ ART

¤ FRANCAIS poésie, théâtre, prose
Bac français, parcours initiatiques

¤ MARE NOSTRUM

¤ LIVRES des aperçus

¤ Travaux Personnels Encadrés Forum TPE

¤ Contes pour enfants en musique!

¤ Occitan-Catalan

¤ Revue Pôle- international

¤ Francophonie

¤ L'Association philagora
Pourquoi ce site?

¤ Philagora tous droits réservés. ©
-CNIL n°713062-
philagora@philagora.net


¤ INFO-PUB-
-

 

Rubrique philo-poche, cours sur Philagora http://www.philagora.net/philo-poche/

Le travail   (page1 et page 2)

  I. Autour du mot.  Société, individus, produit, échanges.
 
II. Le parcours.

___________________________

  I. Autour du mot.  Société, individus, produit, échanges.

La réalité:
-une société c'est un ensemble d'individus qui travaillent et qui échangent. Or travail signifie d'abord produit; en mécanique, de l'intensité d'une force par le déplacement de son point d'application: l'origine du produit c'est la force. 
Dans le travail humain, l'origine de la force c'est l'individu; ce qui revient à dire qu'il y a équivalence entre travail subjectif, travail vivant, travail réel. 
Échanger des produits c'est toujours échanger des produits du travail: on échange des travaux. La valeur d'échange est mesurée par la quantité de travail qui a produit un objet.

-Il est alors évident que c'est l'individu qui travaille et non la société, que la valeur d'un objet est proportionnelle au travail qu'il a nécessité: que deux objets peuvent être échangés quand ils s'équivalent du point de vue de la quantité de travail qu'ils contiennent.

La difficulté:
-Tout cela garde l'aspect du mystère parce que, effectivement, le travail subjectif n'est pas mesurable puisqu'il est vécu par l'individu et n'est pas connu comme un objet, détermination d'une intuition sensible par un concept. Dès lors des conflits peuvent naître quand il s'agira de fixer le prix d'un travail subjectif et inobservable dans l'extériorité du produit, et par conséquent lorsqu'il s'agira de répartir un produit entre les travailleurs qui l'ont produit: chacun réclamera un juste prix du travail fourni alors qu'il est le seul à en avoir ressenti l'intensité.

   II. Le parcours.

A) Le travail est, d'abord, un processus: un ensemble d'éléments qui s'enchaînent parce qu'ils sont organisés pour la production d'un monde humain, la transformation d'une nature, d'un milieu donné. Suivons ce processus, du désir, de l'invention d'une forme, de la réalisation, de l'apparition d'un produit, et marquons ce qu'il signifie: l'expression de la liberté et de l'intelligence de l'homme.

  1. L'origine du travail c'est l'individu qui exerce sa liberté comme pouvoir de dire non au milieu donné, de nier la présence, et d'exiger que ce qui est absent devienne présent, de dire oui à ce qui n'est pas encore: ce manque éprouvé c'est le désir dans lequel la liberté de l'individu se pose, par lequel l'individu se transforme en sujet, en projet, en capacité de choisir une fin dans laquelle il se reconnaîtra. Alors que, devant la sécheresse, l'animal fuit vers un lointain point d'eau où l'attendent ses prédateurs, l'homme reste, refuse le milieu et le transforme selon son désir, en amenant l'eau là où il est, par un travail, par exemple un aqueduc.

  2. L'invention d'une forme. Besoin et désir se conjuguent pour arracher l'homme à sa paresse naturelle: imagination et raison, pouvoir d'évoquer ce qui est absent et pouvoir de relier pour créer, s'accordent dans l'invention d'une forme: c'est avoir une idée comme forme intellectuelle d'un objet: concevoir ce qu'on ne voit pas. 
    Par cette représentation mentale d'une forme qu'il a créée, l'homme se distingue de l'abeille qui suit machinalement un programme, un instinct. C'est ainsi que, selon la profonde remarque de Marx, l'architecte le plus mauvais a construit la cellule dans sa tête. En inventant une forme qui est le moyen d'une fin l'individu manifeste sa liberté et son intelligence comme capacité de trouver ou d'inventer les moyens d'une fin.

  3. La réalisation. c'est l'action de projeter, de réaliser à l'extérieur la forme mentale intérieure. Dans la réalisation l'individu nie à la fois le donné naturel intérieur (les appétits, les distractions...), puisqu'il se maîtrise en faisant attention, et le donné naturel extérieur, cette nature qu'il transforme en monde du désir. Par l'attention, il éprouve et prouve son "pouvoir moral"et par la production des outils il utilise son intelligence, l'outil étant un moyen, un médiateur entre lui et la nature. 
    Étant à la source du rythme de son action il échappe à l'immédiat et accède à la conscience réfléchie.

  4. Le produit. Enfin, l'apparition de la forme, le produit du travail marque la fin du travail, de ce processus par lequel la conscience de soi s'est projetée dans l'élément de la permanence. En effet, dans son produit, l'homme découvre son humanité puisque le produit se révèle universel, tourné vers tous, utilisable par tout être humain: l'homme y reconnaît sa liberté comme pouvoir de marquer la nature du sceau de son humanité: il s'éprouve, rétrospectivement, comme une force éclairée par l'intelligence et l'invention, comme une origine et comme une liberté.

Concluons cette première partie en affirmant que le processus du travail libère du donné naturel intérieur ou extérieur en le niant, qu'il est source d'humanité car il crée un monde commun fondement de l'intersubjectivité, des produits utilisables par tous à l'origine d'échanges, de relations: il exige des recherches, des inventions, des expérimentations, une culture produite puis enseignée.
Mais où trouver cette forme idéale dans une société où le travail est en miettes?

  Aller à la page suivante: Les formes sociales du travail

Retour à philo-poche   

- Aller à Philo-express: les 43 notions -  Aller à "J'aime la philosophie"

Retour à la page d'accueil de philagora