PHILAGORA

Ressources culturelles http://www.philagora.fr --
 

¤ Recevoir les nouveautés

¤ RECHERCHER

¤ CHAT  

¤ La newsletter

--
    ______________________________________________________________________

¤ Philagora.net

¤ Nouveautés

¤ Contes pour Enfants

¤ FORUMS

¤ ART

¤ FRANCAIS  poésie, théâtre, prose

¤ LIVRES  des aperçus

¤ Pôle - international -  revue,  tourisme, gastronomie

¤ Occitan-Gascon

¤ Francophonie

¤ PHILOSOPHIE
-
Philo-Bac  
-
cours 
- philo-express 
- Citations
-
Philo-prépas  
- Philo-Fac  
-
Prepagreg  
Le grenier  
- Aide aux dissertations
- Methodo 
-
Psychanalyse
- Médecine

¤ EPISTEMOLOGIE

¤ MARE NOSTRUM

¤ Travaux Personnels Encadrés  et Forum échanges TPE

¤ Philagora tous droits réservés. ©
-CNIL n°713062-
philagora@philagora.com


¤ Publicité sur Philagora
 -

  
Faïna
                

Blagodarova                

 

« Ah, ces yeux noirs ! ... »

 

- Traduit du russe par Tatiana Klarsfeld -      

        Editions L'Harmattan     

  

. « Lettre d'une écolière russe, âgée de quinze ans. »

« Chère Faïna... 

J'ai lu votre merveilleux livre « Ah, ces yeux noirs !... » et j'ai conseillé à mes amis de le lire.

Quand j'ai pris conscience des difficultés de votre vie, ma conception du monde a changé. J'ai commencé à apprécier ce que les gens font pour moi, en particulier, mes parents. Votre livre est devenu en quelque sorte pour moi une leçon d'amour. 

Je me suis toujours imaginé l'amour autrement, mais maintenant je sais que je n'ai encore jamais aimé pour de vrai. A présent je me représente clairement ce qu'éprouve quelqu'un qui aime.

Je voudrais vous dire un très grand merci pour ce livre magnifique! Vous êtes une grande femme! Grande, par ce que vous avez vécu, grande parce que vous avez résisté et survécu, vous êtes grande parce que vous avez trouvé en vous la force d'écrire ce livre, qu'on ne peut pas lâcher. 

Merci à vous d'exister.
Votre Marika. »

. Faïna Blagodarova vit actuellement aux États-unis. Elle a émigré au Canada il y a une trentaine d'années. Elle raconte dans «Ah, ces yeux noirs... » l'histoire de sa vie en Russie et en Amérique. Faïna qui, dans son roman largement autobiographique, prend le nom de Marina Lonskaïa.

 

..."Hors des limites de l'Académie, il mit sa main sur son épaule et, se penchant vers elle, il la regarda dans les yeux et lui dit: "Ma petite tu trembles de tout ton corps, calme-toi, tu es venue me voir à temps, tout n'est pas perdu." (page 73)

..."Le soir Marina était au premier rang et contemplait encore une fois les miracles que la fantaisie humaine faisait naître sur scène..." (page 248)

. Un roman ou plutôt une vie de racines et de ruptures, comme une leçon de courage et d'espoir. 

Page de Joëlle Llapasset  joelle@philagora.fr

 

 

Aller à la rubrique "J'aime lire"

Retour à Revue Pôle international

Page d'accueil de philagora