PHILAGORA

¤ Recevoir les nouveautés!

¤ RECHERCHER

¤ CHAT1   ¤ CHAT2

Francexpress.com, hebergement professionnel

Vers 

l' Espace découverte
 

¤ Philagora.net


Les nouveautés 

Les rubriques:

¤ Contes pour Enfants 
- Contes en musique, français et anglais!

¤ Forums

¤ ART
-fêtes,  cuisine, emploi
- Musées - peinture
- Architecture

¤ Français  poésie, théâtre, prose
- Bac français
- Parcours initiatiques

¤ Lectures   
des aperçus

¤ Occitan-Gascon

¤ Revue Pôle- international

¤ Francophonie

¤ Philosophie: 
-
Philo-Bac  
-
cours 
- philo-express 
- Citations
-
Philo-prépas  
- Philo-Fac - Prepagreg  
Le grenier  
- Aide aux dissertations
- Methodo

¤ Epistémologie

¤ Mare nostrum

¤ Travaux Personnels Encadrés 
-
Forum échanges TPE

¤ L'Association philagora
Pourquoi ce site?
Philagora tous droits réservés. ©
www.philagora.net
www.philagora.com 
-CNIL n°713062-

- INFO-PUB
philagora@philagora.net

--------------------------

 

MALLARME -  L'art poétique

L'objet de l'art: Mallarmé disciple de Platon, à la suite de Poe, Hoffmann, de Maistre, Fourrier, Swedenborg.

  • Le Traité du Verbe de René Ghil paraît en 1886 avec pour préface une page de Mallarmé qui considéra cet "AVANT - DIRE" comme exprimant à la perfection son art poétique puisqu'il le reprend successivement en 1891, 1893, 1896, en l'insérant dans ses propres œuvres. On considèrera ici cette expression réitérée comme le texte de référence, signalé par l'auteur lui-même.

"A quoi bon la merveille de transposer un fait de nature
en sa presque disparition vibratoire selon le jeu de la parole,
cependant, si ce n'est pour qu'en émane, sans la gêne d'un proche
ou concret rappel, la notion pure?"   ...

  Le sensible -la fleur au calice "sus" (= bien connus), parce que vue et revue, reflète son modèle antérieur parce que éternel dans son impuissance même à réaliser l'Idée, son archétype.

   C'est donc ce rapport que la parole (le Dire) doit mettre en lumière.

   Le sensible par sa pauvreté, et sa proximité qui offusque l'esprit ne mérite, aux yeux de la foule, que le concept qui prend ensemble le sensible par le même mot, le même sens source d'un universel reportage. Aux yeux du poète, c'est un tremplin, une occasion de se souvenir, un "faire signe" vers la plénitude de l'idée à laquelle, par sa pauvreté même, il renvoie comme ce à quoi il aspire: ainsi la terre craquelée fait rêver à l'eau vive qui l'a jadis fécondée et dont elle témoigne.

"Je dis: une fleur! et, hors de l'oubli où ma voix relègue aucun contour, en tant que quelque chose d'autre que les calice sus, musicalement se lève, idée même et suave, l'absente de tous bouquets."  

Si le sensible n'est que le reflet, la copie, mieux vaut le modèle que la copie, l'Idée, absente de tous bouquets visibles en ce monde, parce que située dans un ciel antérieur.

   La poésie sera donc divine: l'effort pour s'élever vers le modèle, l'acte de réminiscence qui témoigne d'une vie antérieure et d'une native illumination: elle se détourne du simplement utile pour s'élever au vraiment utile, à l'essentiel. (voir la caverne de PLaton: lien en bas de la page). Il s'agit de séparer "le baiser de feu" de la "cendre" du quotidien; L'usage essentiel de la parole (le Dire qui suggère) de la vulgarité (vulgus =  foule) qui exile le charme ou pour mieux dire le chant.

"Au contraire d'une fonction de numéraire facile et représentatif, comme le traite d'abord la foule, le Dire, avant tout rêve et chant, retrouve chez le poète, par nécessité constitutive d'un art consacré aux fictions, sa virtualité". (Extraits de l'AVANT-DIRE,  Pléiade pages 857 et 858)

La poésie sera l'art de suggérer la notion pure, l'Idée de la chose, sa forme intellectuelle: l'objet de l'art c'est donc les fictions, ici l'ensemble des Idées.

   L'obscurité de Mallarmé devient alors une nécessité, un élément constituant de sa démarche: dans la mesure où il se détourne de l'immédiat le Dire exige, pour être saisi dans ses possibilités évocatrices, que l'amateur suive le même mouvement.

   Loin d'être le résultat d'un parti pris méprisant du poète, l'obscurité naît de la condition humaine, de l'impossibilité de contempler directement les Formes. Cette impuissance est aussi la justification de l'art qui seul peut évoquer musicalement par des symboles, des allusions, des silences, l'essentiel -la beauté antérieure- vers quoi l'objet sensible nous tourne sans jamais pouvoir nous le donner parce qu'il ne la réalise jamais.

Participation, conversion, réminiscence, maïeutique, autant de piliers platoniciens sur lesquels Mallarmé ancre son esthétique.

Oui-oui perplexe a demandé des explications et des définitions, les voici:

a) Explications

Hibou: essayons de dérouler, de déplier quelques aspects de cet art poétique:
-La poésie ne peut être comprise, prise dans un discours en prose dans une paraphrase du style cela veut dire que ...
-La poésie est donc ainsi ce qui résiste, qui garde son secret: aucune formule ne peut la cerner pour l'exprimer:
ELLE EST INTRADUISIBLE EN PROSE.
-D'où la liberté de l'amateur que Paul Valéry soulignera: "Mes vers ont le sens qu'on leur prête" (voir Les pas : lien en bas de page)
-Une liberté de parole qui n'épuise jamais le vers, qui n'éclaire jamais la plénitude de l'obscurité, qui ne remplace jamais le vers par une sorte de monnaie (la traduction conceptuelle) qui pourrait être échangée ou enseignée.
-L'amateur doit donc nécessairement se débrouiller dans l'embrouillé.
-L'imagination est donc "la plus scientifique des facultés parce que seule elle comprend l'analogie universelle, ou ce qu'une religion mystique appelle une correspondance". Comprenons que l'imagination est une faculté quasi-divine et qu'en ce sens le poète aspire à être Dieu.
-Autrement dit Mallarmé veut être Dieu: au-delà ou plutôt en deçà de tout horizon transcendantal d'objectivité, il s'agit de suggérer la Vie, l'immanence de l'intelligible dans le sensible, l'absolue présence à soi de Dieu, qui le rend indicible.
(la traduction conceptuelle) qui pourrait être échangée ou enseignée.
-L'amateur doit donc nécessairement se débrouiller dans l'embrouillé.
-L'imagination est donc "la plus scientifique des facultés parce que seule elle comprend l'analogie universelle, ou ce qu'une religion mystique appelle une correspondance". Comprenons que l'imagination est une faculté quasi-divine et qu'en ce sens le poète aspire à être Dieu.
-Autrement dit Mallarmé veut être Dieu: au-delà ou plutôt en deçà de tout horizon transcendantal d'objectivité, il s'agit de suggérer la Vie, l'immanence de l'intelligible dans le sensible, l'absolue présence à soi de Dieu, qui le rend indicible.
(la traduction conceptuelle) qui pourrait être échangée ou enseignée.
-L'amateur doit donc nécessairement se débrouiller dans l'embrouillé.
-L'imagination est donc "la plus scientifique des facultés parce que seule elle comprend l'analogie universelle, ou ce qu'une religion mystique appelle une correspondance". Comprenons que l'imagination est une faculté quasi-divine et qu'en ce sens le poète aspire à être Dieu.
-Autrement dit Mallarmé veut être Dieu: au-delà ou plutôt en deçà de tout horizon transcendantal d'objectivité, il s'agit de suggérer la Vie, l'immanence de l'intelligible dans le sensible, l'absolue présence à soi de Dieu, qui le rend indicible.

b) définitions

Transposer

faire passer du monde sensible des objets ou des événements au déroulement d'un discours descriptif ou narratif, par la parole, utilisation personnelle d'une langue.

La parole

c'est aussi une vibration qui disparaît. Jeu désigne le système, les combinaisons ou articulations.

Émane

provenir de...

Notion pure

l'Idée, le modèle, l'essence.

Gêne

le son s'interpose et signifie: il gêne au moment même où il nous est utile.

Je dis

c'est la parole.

Une fleur!

et non pas telle ou telle fleur.

Relègue

signifie exile: les contours particuliers de telle ou telle fleur sont oubliés: voilà pourquoi ce qui se lève, est autre que les calices connus.

Absente

du monde sensible parce que située dans un ciel antérieur.

Fonction

utilité d'échange qui n'exige pas d'effort mais un simple geste: l'opinion considère la parole comme un simple outil de reportage.

Le Dire

la suggestion de l'essentiel.

Retrouve

ce que la foule a perdu est retrouvé par le poète: la virtualité du Dire, sa créativité, sa liberté, son pouvoir de suggestion qui exclut le réel parce que vil.

"Le vers qui de plusieurs vocables refait un mot total, neuf, étranger à la langue et comme incantatoire, achève cet isolement de la parole: niant, d'un trait souverain, le hasard demeuré aux termes malgré l'artifice de leur retrempe alternée en le sens et la sonorité, et vous cause cette surprise de n'avoir ouï jamais tel fragment ordinaire, en même temps que la réminiscence de l'objet nommé baigne dans une neuve atmosphère."

Hibou: Tout l'art poétique de Mallarmé est dans ces quelques lignes:
-Il s'agit de "Donner un sens plus pur aux mots de la tribu" (Le Tombeau d'Edgar Poe).
-Il ne s'agit pas d'un vain et facile retour à l'étymologie ou d'un jeu stérile qui remplacerait un mot par un autre...
-Mais de faire surgir un autre sens purifié des nécessités de l'échange de telle manière qu'il ne puisse plus être compris, traduit, délaissé pour un universel abstrait et mort.
-Autant dire que le poète, en transposant le langage non seulement
suggère l'essence d'une chose qu'il refuse de dire directement, mais encore crée ou recrée d'une chose qu'il refuse de dire directement, mais encore crée ou recrée d'une chose qu'il refuse de dire directement, mais encore crée ou recrée d'une chose qu'il refuse de dire directement, mais encore crée ou recrée d'une chose qu'il refuse de dire directement, mais encore crée ou recrée la valeur poétique d'un mot dans le creuset du vers (union vivante), des mots qui l'accompagne, le précède et le suive.
- Le poète veut être ce Dieu qui nierait "d'un trait souverain le hasard" -(la rencontre de séries causales indépendantes qui a produit des langues imparfaites et des mots
aux timbres mal ajustés, hasard qui colle aux mots et les empêche de bien évoquer l'essence)- provoquant la surprise de l'amateur devant la nouveauté de ce qu'il entend et aussi la réminiscence, le souvenir ou l'idée de l'objet.
-Le vers est donc ce qui corrige les erreurs musicales des mots de la tribu (c'est l'état brut ou immédiat de la langue lorsqu'elle ne véhicule que des significations conceptuelles)
-
Comprenons que le vers, devenu l'unité poétique, ressemble à une phrase musicale où chaque mot serait revêtu de beauté par la constellation des autres.

Oui-oui: Peux-tu simplement m'expliquer ce qu'est une erreur musicale?

Hibou: un timbre mal ajusté, par exemple:
dans le mot
JOUR le son OU assombrit... obscurité.
Dans le mot
assombrit... obscurité.
Dans le mot assombrit... obscurité.
Dans le mot assombrit... obscurité.
Dans le mot assombrit... obscurité.
Dans le mot
NUIT le U et le I évoquent la lumière.
On peut préférer le latin: dies, nox...
évoquent la lumière.
On peut préférer le latin: dies, nox...
évoquent la lumière.
On peut préférer le latin: dies, nox...
évoquent la lumière.
On peut préférer le latin: dies, nox...
évoquent la lumière.
On peut préférer le latin: dies, nox...

mots.jpg (2808 octets)

-vers la "Caverne" de Platon        -vers "Les pas" de Paul Valéry

- Enfance, adolescence
 - La vie d'un albatros

MALLARME, 
Le livre

Art poétique

Quelques jours avant sa mort: "Ma native illumination"

Un aperçu: La création au bord du gouffre

1862 Renouveau
.

1863 Les Fenêtres 
.

1863 Apparition
.

1865 BriseMarine
.

1866 Soupir
.

1875 Le Tombeau d'E.Poe

1884  Autre Eventail 

1885 Le vierge, le vivace 

1887 Une dentelle

1895 Petit Air/le bain

Retour à la page d'accueil de philagora

¤ Philagora.net, Espace Culture Enseignement  http://www.philagora.net/ -Tous droits réservés. ©
¤
Aller vers Philagora.org, Espace Découverte http://www.philagora.org/